Cette fillette de 10 ans a été violée et tuée avec le consentement de sa mère

2018-02-17


Cette fillette de 10 ans a été violée et tuée avec le consentement de sa mère

Parmi les droits fondamentaux d’un enfant, il y a celui de vivre avec des parents qui l’aiment, le protègent et prennent soin de lui. Malheureusement, dans certains cas, la réalité est toute autre. Négligence, harcèlement psychologique et maltraitance physique font désormais partie du quotidien de certains petits qui se retrouvent à la merci de parents violents, ou encore pervers. Comme exemple de ce genre de situations, vous retrouverez l’histoire poignante d’une fillette de 10 ans violée puis tuée sous le regard indifférent de sa mère et dont l’autopsie a révélé des faits encore plus effroyables. Voici son histoire.

Une mère à la personnalité monstrueuse

Tout au long des 9 mois de grossesse où elle porte son bébé en elle et le sent grandir et bouger, une maman voit son amour pour ce petit être qu’elle n’a pas encore vu envahir son cœur, et à sa naissance, elle fait de son mieux pour le protéger et lui apporter ce qu’il y a de mieux.

Malheureusement, toutes les femmes n’ont pas cet instinct maternel et leur côté pervers prend le dessus, ce qui les pousse à faire du mal, de manière consciente et volontaire à leurs enfants, et Michelle Martens en est la preuve vivante.

Cette femme a transformé le 10ème anniversaire de sa fille, censé être un jour spécial et heureux pour elle, en une journée tragique pendant laquelle elle subira le pire supplice qu’un être humain, et encore plus un enfant puisse vivre.

La petite Victoria Martens avait été brutalement violée, étranglée jusqu’à la mort puis démembrée sous le regard indifférent de sa mère, qui pire encore, aurait affirmé avoir pris du plaisir à regarder le massacre de sa fille. Quant aux auteurs de ce crime ignoble, ce sont le petit-ami de la mère et sa cousine qui après avoir terminé leur effroyable tâche, ont enveloppé les restes du corps dans une couverture et les ont placés dans la baignoire de la maison familiale, et c’est là que les autorités ont pu les retrouver.

Après la réalisation de l’autopsie, les résultats ont montré que la fillette souffrait d’une infection au papillomavirus humain, sexuellement transmissible, et qu’il y avait des traces d’alcool dans son sang. Ces deux faits ont permis de révéler des vérités encore plus ignobles : la mère de la victime, censée la protéger était la cause de tout son calvaire : elle contactait des hommes sur internet pour venir abuser de sa fille. Elle a même avoué que sa fille avait été violée, chaque jour pendant tout un mois, par de nombreux hommes. Elle a également ajouté que sa fille était décédée d’une surdose de méthamphétamine, une drogue puissante, alors que les tests de toxicologie n’ont reporté la présence d’aucune trace de cette dernière mais plutôt celle d’un taux d’alcool très élevé, pouvant causer des handicaps physiques et mentaux.

Aujourd’hui, la mère, son petit-ami et la cousine de ce dernier sont accusés d’enlèvement et d’abus sur mineur menant au décès, et les deux derniers sont également accusés de viol sur enfant. Plaidant non-coupables, les trois ont été arrêtés, en attendant leur jugement.

En attendant que la sentence prononcée à leur égard soit juste et qu’ils soient sévèrement punis pour leurs actes, nous devons tous être vigilants et ne pas hésiter à déclarer à la police d’éventuels abus dont pourraient être victimes des enfants, même si celui qui les commet est un proche ou un parent de ceux-ci. Il est de notre devoir à tous de protéger les petits, faibles et sans défense, et d’éviter que ce genre d’événements horribles n’ait encore lieu.



Partager via Whatsapp